Guillaume de Machaut (1300-1377)
Recueil : Les Lays

Pour ce qu'on puist miex retraire

 

 

Pour ce qu'on puist miex retraire
Qu'Amours pour amer m'a mort,
Je vueil faire avant me mort
Un lay dou mal qui me mort,
Si qu'à moy Mors s'en amort,
Sans mais garison attraire.

Car pour mon las cuer detraire
Sont ja mort tuit me deport,
Si qu'en riens ne me deport,
Einsois li maus que je port
Me mourdist sans nul deport,
Pour ce que j'aim sans retraire.

N'Amours pité point
N'a dou cruel point
Qui au cuer me point,
Einsois m'en scet si à point
Poindre par son art
Que mon cuer empoint
Mat en angle point.
S'en sui en tel point
Que, se Diex joie me doint,
La mort me vient tart.

Et tout pour amer
Ay je tant d'amer
Qu'Amours reclamer
Ne me deingne et enflamer
Me fait, n'un regart
Ne puis entamer,
Einsois affamer
Me fait en amer
Et dolent, chetif clamer,
Quant mes cuers ne part.

Pour ce, dame gentieus,
A qui sui ententieus,
Mes las cuers se sent tiex
Qu'il n'est maus qu'il ne sente,
Dont jamais n'iert sentieus,
Car par engiens soustieus
L'ateint de cos mortieus
Amours qui en li se ente.

Einsi li las se duet,
Mais souffrir li estuet,
Pour ce qu'Amours le vuet
Qui l'ocist et tourmente;
Ne dou mal qu'il acquet
Confort trouver ne puet,
Einsois plus qu'il ne suet
Se complaint et demente.

Mais de ce ne me merveil,
Ne ce n'est mie merveille,
S'il vit en dolour;
Quar, quant vo bel appareil,
Vo face clere et vermeille
Et vostre valour
Vit premiers par sa folour,
En vo biauté nompareille,
Qui de ma mort s'apareille,
Mist et ottria s'amour,
Ne pour mal qu'il en recueille
Ne m'en laist faire clamour;

Ja soit ce que mon grief dueil
Vuet que je me pleingne et dueille
A vous que j'aour.
Mais quant compleindre m'i vueil,
Mes las dolens cuers s'esveille
Et me livre estour
Tel que par meint divers tour
Le dire me desconseille
Et l'amer tant me conseille
Que j'aim plus de jour en jour;
Si qu'einsi, vueille ou ne vueille,
M'estuet celer ma langour.

Aveuc ce, douce anemie,
Honte me maistrie,
Paours me chastie,
Desdaing me deffie
Et Dangiers m'escrie
Que nulle chose ne die
Pour Refus qui m'assaudroit;
Et vo maniere jolie,
De douceur garnie,
M'assaut et tarie;
Vostre amours me lie
Par sa seignourie,
Si qu'en regardant m'oublie
Vo gent corps parfait, adroit.

Dont j'ai maniere esperdue
Et vigour perdue,
Car biauté, creüe
De valour, m'arguë,
Dont li scens me mue,
Si que j'en tramble et tressue,
N'en moi n'a raison ne droit,
Einsois suis com beste mue.
Dont m'ardeur arguë
Qui tant continue
Et trop s'esvertue
Fait desconvenue,
Quant elle ne me partue,
Car miex morir me vaudroit.

Morir, certez; il n'est biens ne solas
Que je vosisse avant la mort eslire,
Qu'à mon garir ne porroit pas souffire
Joie d'amours: tant sui je mis au bas.
Et seul pour ce que je ne die pas
Que ja mes cuers ait chose qu'il desire,
Mors ne me vuet penre ne deingne occire,
Dont je languis, dolans, tristes et mas.

Si morrai je mail gré li, sans respas;
Car vie est tant noble et pure, à droit dire,
Qu'en moy, qui sui si chargiés de martire
Et qui tant sui veins, dolereus et las,
Ne deingnera plus demourer, helas !
Einsi morrai dou mal qui me martyre
Malgré la Mort qui me het et m'empire,
Quant pieça n'ay passé par mi ses las.

Einsi Amours tout me deffait
Et m'oste tous les biens à fait,
Ne je n'i sçai autre forfait
Fors que je l'ay de cuer parfait
Trop amé; et s'ai sans meffaire
Longuement et loyaument fait
Son service en dit et en fait.
Si m'est vis qu'envers moy meffait,
Quant d'un regart m'eüst refait,
Se souffert le m'eüst à faire.

Nompourquant le plaisant attrait,
Qui m'art, qui m'esprent, qui m'attrait,
Qui tant me nuist, grieve et detrait
Et nulle fois ne s'en retrait,
Est grant cause de mon contraire;
Car il ha, sans menacier, trait
Mon cuer d'un si doleureus trait
Que jamais le cop n'en yert trait,
Eins nourrist en moy et pourtrait
La mort qu'il m'en conviendra traire.

Ainsi mi oueil
M'ont mis en dueil
Que je recueil,
Car par l'escueil
D'eaus grant Biauté et Dous Accueil
Que j'aim et vueil
D'amoureus vueil,
Dont je me dueil
Plus que ne sueil,
Ont de mon cuer passé le sueil.

Las ! ce m'estraint,
Ce me destraint
Et mon vis taint
De divers taint,
Que biautés où nulle n'ataint
Ma joie estaint,
Au cuer m'ataint
Et en moy maint,
Dont j'ai mal maint,
Quant faire ne puis qu'elle m'aint.

Ainsi Amours, mon cuer et Loyauté,
Plaisant Attrait, Dous Accueil et Biauté
Aveuc mes yex ont mon dolereus corps
Destruit, detrait, haÿ et despité
Et de tous maus martyré sans pité,
Si qu'assés miex me vausist entre mort.

Car garison de nulle part n'espoir,
Et s'ai perdu scens, vigour et espoir,
Dont Nature est faillie toute hors
En moi qui sui si près de desespoir,
Que je sçai bien; si je m'en desespoir,
Que ce sera mes plus prochains confors.

Car tant est sure
L'arsure,
Qu'à desmesure
Me dure,
Que mais de cure
Ne cure,
Pour ce que de dur en dur
Ma dame pure
M'est dure
Et que m'oscure
Pointure
Mal gré Nature
Meüre
La more dont je m'asseüre.

Et à esture
Droiture
Com non seüre
S'oscure,
Quant vo figure
Figure
Ma mort et mon dur eür,
Par sa morsure,
L'ajure
Et de mesure
M'espure.
Mais sans laidure
L'endure
D'umble voloir franc et pur.

Et si cognoy
Qu'onques n'oy
Tant d'anoy.
Si m'en marvoy,
Quant je voy
Bien qu'avoy
N'arai n'ottroy,
Ne qu'Amours ne m'yert tendre,
Einsois perçoy
Que par soy
Mort reçoy